Vie

Dr. Mira Neshama Niculescu est née en France et a étudié entre Paris, New York et Jérusalem.

Elle a obtenu son doctorat en sociologie des religions à l'Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris (EHESS) au "Centre d'études sociales sociales des religions" (CéSor), travaillant sur le phénomène des bouddhistes juifs et sur la question de l'identité, frontières symboliques et pratiques spirituelles dans la vie juive contemporaine. (Pour une sélection d'articles scientifiques publiés, regardez ici).

Elle a obtenu son doctorat en sociologie des religions à l'Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris (EHESS) au "Centre d'études sociales sociales des religions" (CéSor), travaillant sur le phénomène des bouddhistes juifs et sur la question de l'identité, frontières symboliques et pratiques spirituelles dans la vie juive contemporaine. (Pour une sélection d'articles scientifiques publiés, regardez ici).

Son intérêt scientifique pour les intersections entre le judaïsme et le bouddhisme a été éclairé par sa trajectoire personnelle en tant que juive devenue jeune adulte à la fois médiatrice dévouée et admiratrice de la philosophie du Dharma et étudiante passionnée de la Torah.

Chemin

Après avoir découvert la sagesse du Dharma au début de la vingtaine, elle a commencé à pratiquer la méditation dans divers groupes zen en France (Thich Nhat Hanh, AZI), puis aux États-Unis, où elle a étudié avec Barry Maguid à Ordinary Mind Zendo in New York (2011-2014).

Elle a appris la Torah et la Guemara à «l'Institut Drisha d'éducation juive» à New York (Art Fellow 2012-14 et à «l'Institut d'études juives Pardes» à Jérusalem, où elle a reçu un certificat d '«éducateur juif expérimental» en tant que Yesod. Membre européen (2016-17).

Voyageant au doctorat en Israël et aux États-Unis, elle a commencé à découvrir les pratiques de méditation juives ainsi que la méditation juive de pleine conscience. Elle a étudié à l'Institut de spiritualité juive (AJS) où elle a reçu le certificat de «professeur de conscience juive (2015).

Particulièrement passionnée par le parshanut, elle enseigne le commentaire de la Torah à la classe de bnei mitzvah adulte à Romemu, à New York (2013-2014), et depuis 2016 pour les adolescents, au MJLF de Paris, en privé et en ligne. En 2016-17, elle était l'un des commentateurs de Parasha sur Akadem, le principal site Web d'apprentissage juif français.

En plus de publier des articles sur le blog de Pardes et sur sa propre page du Times of Israel, Mira écrit régulièrement des articles sur le judaïsme et la vie juive sur les principaux médias français juifs, Tenou'a, Jewpop et l'Eclaireur.


Elle enseigne la Torah et la méditation juive à l'échelle internationale depuis 2013 et réside aujourd'hui à Jérusalem où elle donne un cours hebdomadaire de méditation hassidique à Pardes, collabore en tant que professeur invité avec Or ha Lev, apprend la Torah et la Gemara à Matan, enseigne le yoga à Shmuel ha Nagid. et continue à apprendre la méditation et la méditation juive.


Ses professeurs au fil des ans sont les suivants: Dr. Barry Maguid, R. Dr. James Maisels, R. Jeff Roth, Johanna Katz, Alan Lew, R. Sheila Peltz-Weinberg, Norman Fischer, Sylvia Boorstein et R.Dr. Meir Sendor et la vie.

Convaincue des habitudes de vie holistiques, y compris des soins de l'esprit, du corps et de l'âme, elle pratique le yoga depuis 2010 et enseigne le Ashtanga et le Vinyasa depuis 2015.

Bâtiment et activités communautaires

En 2014, Mira a fondé Neshama, un projet de spiritualité juive non confessionnelle visant à créer une communauté de jeunes professionnels juifs autour d’événements (cours de méditation, shabbatot et fêtes pour les fêtes juives), où ils peuvent vivre et se (re) connecter au judaïsme et aux juifs. traditions par le sens, l’éthique, des expériences amusantes et la construction de la communauté.

En 2015, elle a co-fondé avec quelques amis le "Carlebach minyan de Paris centre", un minyan et un dîner très sympathiques en forme d'orthodoxie et vendredi soir animés par des pairs, qui réunissent les "plus fous" (religieux) et la plupart des juifs laïcs dans une petite shul (synagogue) cachée dans le Marais depuis quatre ans.

Au fil des ans, le minyan a amené des centaines de jeunes Juifs parisiens à redécouvrir le shabbat et le judaïsme d’une manière qu’ils ne pensaient pas possible, et le modèle de Neshama et Carmebach Minyan a depuis été reproduit par plusieurs nouvelles communautés dirigées par des pairs (Ayeka et Pilpoul), contribuant à revitaliser la vie juive parisienne.

Les projets de Neshama (organisation de conférences sur la méditation et le chabbatot) ont été généreusement soutenus par plusieurs micro-subventions Junction et par le FSJU à Paris. Depuis 2018, Neshama est incubé par Hakhel, l'incubateur de Hazon pour les communautés intentionnelles en Europe.

À l'été 2018, Mira était l'un des membres de l'incubateur de projet Paideia, chargé de développer les nouveaux projets de Neshama.

Elle voyage maintenant en Europe et aux États-Unis pour visiter diverses communautés juives et les aider à créer des groupes de méditation juifs locaux.

Mentors 

En plus d'avoir rencontré de merveilleux professeurs, Mira est très reconnaissante d'être encadrée par Patrick Levy-Tuval de l'incubateur Paideia Projects, par Shuki Taylor de M2 et d'Aharon-Ariel Lavie de l'incubateur de Hakhel pour les communautés juives intentionnelles en Europe.

©Mira Neshama